Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2014

Le CLAN était représenté...

Feissenheim Le défilé.jpgJoël LUNEL, accompagné de sa femme et de leur chien, raconte : 

 

FERMONS FESSENHEIM

 

 C’est le slogan qui a été le plus scandé, lors de cette grande manifestation antinucléaire du 9 mars 2014. Cette date correspondait au troisième anniversaire de la catastrophe de Fukushima.

Ce rassemblement international, a réuni de l’ordre de 6500 personnes, il s’est déroulé en plusieurs parties :

-         De 14h à 14h30, des chaînes humaines de plus d’un km ont été organisées sur les 7 ponts qui enjambent le Rhin, de Saint-Louis à Strasbourg.

-         Ensuite,  a été respectée une minute de silence, en mémoire de toutes les victimes, passées, présentes et futures, du nucléaire civil et militaire.

 

 

 

-         A partir de 15h30, tous les manifestants se sont réunis près de la centrale hydroélectrique de Fessenheim, afin de former un long cortège, jusqu’à la centrale nucléaire de Fessenheim. Construite il y a 40 ans, c’est la plus vieille des centrales nucléaires françaises. Etant souvent en panne, elle est très coûteuse en entretien. Sa vétusté fait craindre le pire, elle doit être rapidement fermée !

Sur ce lieu symbolique, plusieurs personnes ont pris la parole, notamment :

  - Naoto Matsumura, surnommé : « Le dernier homme de Fukushima ». Cet agriculteur Japonais de 53 ans se sait condamné à plus ou moins brève échéance, mais il préfère mourir sur ses terres, plutôt que de vivre comme un paria, dans un camp de regroupement, improvisé en toute hâte.

Par son témoignage, on a appris que plus de 200 000 personnes ont dû quitter précipitamment leur maison et leurs terres contaminées. Laissant derrière elles des villes fantômes et des terres incultes pour plusieurs centaines d’années.

Autre mission que s’est fixée Naoto : c’est de porter secours aux animaux abandonnés dans la zone interdite. Il a libéré et nourri des animaux enfermés dans des étables, des chiens maintenus à l’attache, etc…

Naoto était de passage pour quelques jours en France, il craint que le prochain désastre nucléaire soit pour nous, car nous vivons dans le pays le plus nucléarisé au monde.

 - Janick Magne, professeur de français à Tokyo, vit depuis 35 ans au Japon. Par son témoignage, on a appris :

-          qu’actuellement les 54 réacteurs nucléaires japonais sont à l’arrêt et que le Japon peut vivre sans nucléaire.

-         que des milliers de mètres cubes d’eau hautement contaminée, se déversent dans la mer depuis 3 ans.

-         que les cœurs des réacteurs en fusion continuent à s’enfoncer dans le sol.

-         que la catastrophe est loin d’être sous contrôle, conduisant à un vaste territoire mort hautement radioactif.

 

Durant sa campagne présidentielle, François Hollande s’était engagé pour l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim. Il serait tant qu’il concrétise sa promesse.

Ce sont toutes les centrales nucléaires du monde qui devraient être arrêtées. Notre région est coincée entre plusieurs sites nucléaires vieillissants, notamment la centrale du Tricastin, dont certaines cuves comportent des fissures.

Avec le problème des déchets et le démantèlement des sites, qui est très délicat et non encore au point, le nucléaire nous reviendra cher. Quel beau cadeau empoisonné pour nos générations futures ! Quel égoïsme et inconscience de notre part et de la part de nos dirigeants d’hier et d’aujourd’hui !

Joël LUNEL

Feissenheim Le japonais.jpg

Les commentaires sont fermés.